Ostéohypnose

allier le corps et l’esprit pour trouver plus de confort

L’OSTÉOHYPNOSE

Améliorer la détente

Lors des séances d’ostéopathie classique, la douleur, la peur et simplement le toucher augmentent l’activité réflexe motrice de protection du corps. C’est un mécanisme inconscient et involontaire que certains arrivent à minimiser par la détente active. Il s’agit d’un phénomène bien connu en neurosciences qui s’appelle l’inhibition descendante. La modulation de la douleur ne se passe pas que dans la tête, elle se passe à différents endroits, notamment au niveau de la moelle épinière !

L’hypnothérapie est la voie royale pour améliorer cela. Très facile et accessible à tous, elle utilise des mécanismes naturels ordinaires  en augmentant cette faculté responsable de réponses neuro-immuno-endocrines a la source d’hypoalgésie (diminution de la douleur).

Modulation de la douleur

Moduler la composante désagréable de la douleur

L’hypnose permet aussi de modifier l’activité du cortex cingulaire antérieur.

On sait depuis peu que le cortex cingulaire antérieur est celui où l’on repère une activité en IRM fonctionnelle correspondant aux émotions associées soit à de la douleur, soit à un vécu de perte ou d’abandon. Il est très actif dans un état conscient de repos, il ferait partie d’un réseau de neurones fonctionnels rendant possible la conscience de soi.

Il joue le rôle d’interface entre l’émotion et la cognition, plus précisément dans la transformation de nos sentiments en intentions et en actions. Il est impliqué dans le contrôle de soi sur ses émotions, la concentration sur la résolution d’un problème, la reconnaissance de nos erreurs, la promotion de réponses adaptatives en réponse à des conditions changeantes etc… C’est une des zones sur laquelle l’hypnothérapie est active.

Beaucoup de personnes rapportent qu’elles utilisent l’auto-hypnose comme un analgésique qui n’a que des effets secondaires positifs sur leur vie.

« L’hypnose est un mode de fonctionnement psychologique par lequel un sujet, en relation avec un praticien, fait l’expérience d’un champ de conscience élargi ». Antoine Bioy, professeur de psychologie clinique et psychopathologie, université Paris 8.

Modulation cérébrale par l’hypnose